Single Blog Title

This is a single blog caption

FC Mantois 78 | Révélateur de Talents

Nabil Djellali : « Je vais rester le premier supporter du FC Mantois ! »

Nabil Djellali (FCM78)

En ce lundi 30 juin, Nabil Djellali vit son dernier jour en tant que président du FC Mantois avant de céder sa place à Adolphe Mendy. A la veille de la passation de pouvoir, l’entrepreneur revient sur ses trois années à la tête d’un club qu’il s’est évertué à maintenir parmi les places fortes du football français. 

« Bonjour Nabil, peux-tu nous confirmer ton départ au soir du 30 juin ?

Nabil Djellali : Effectivement je démissionne de la présidence du FC Mantois pour des raisons personnelles et professionnelles. Avec le développement de mon activité, ce n’est plus possible pour moi d’assurer cette fonction faute de temps. Ce n’est pas une décision facile à prendre. C’est le fruit d’une longue réflexion et elle ne date pas d’hier. J’avais annoncé cela à certaines personnes il y a plusieurs personnes pour que la transition se passe le mieux possible.

Qui va te succéder aux commandes du club ?

N.D : C’est Adolphe Mendy, le vice-président, qui va reprendre le flambeau en toute logique. Et ce jusqu’au prochain conseil d’administration qui validera ou non ce choix. On en a discuté tous les deux pour préparer le terrain.

Pour en revenir aux raisons de ce départ, il s’agit avant tout d’un problème de timing, non ?

N.D : Tout à fait. Gérer un club comme le FCM78, ça prend beaucoup de temps et ça mobilise beaucoup d’énergie. On peut difficilement s’imaginer ce que ça représente quand on est extérieur à tout cela. Il y a de nombreux déplacements à assurer, que ce soit pour la CFA ou pour d’autres catégories. Il faut satisfaire les intérêts des uns et des autres puisque le club représente pas moins de trois communes. Et avec de telles responsabilités, je ne peux pas accepter de faire de la figuration. Aujourd’hui je ne peux plus accorder autant de temps au club qu’auparavant. je ne peux plus m’investir à temps plein. C’est un choix qui s’est imposé de lui-même.

Quel bilan dresses-tu de tes trois années à la présidence ?

N.D : Lorsque je suis arrivé au club, je n’étais qu’un simple supporter décidé à soutenir le club en prenant place au sein du comité directeur notamment. Je ne m’attendais pas vraiment à arriver aux commandes. Mais mon bilan est globalement bon. J’ai cherché à gérer le club en bon père de famille, avec logique et passion. Avant d’assurer cette fonction, j’étais un grand fan du PSG. Et puis je suis progressivement devenu un grand passionné de cette équipe.

Pourquoi donc ?

N.D : Le FC Mantois est atypique sur la scène du football français. C’est une exception quand on regarde notamment l’effectif de l’équipe première. Difficile de trouver un autre club qui peut aligner quasiment toute une formation avec uniquement des joueurs du coin. Mamadou, Oumar et surtout Robert, ils viennent tous des environs.

Le budget du club, l’un des plus petits de CFA, renforce-t-il ce statut particulier ?

N.D : Concernant les moyens financiers limités du FCM78, c’est un miracle de le voir toujours à ce niveau depuis des années. C’est un point faible mais aussi une force. Ça oblige à se battre au quotidien. L’idée est d’en faire un maximum avec peu. Il faut tout vérifier et penser à tout pour éviter les mauvaises surprises lors des contrôles de la DNCG ou à l’occasion des déplacements des différentes catégories qui mobilisent tout le monde. Alors forcément je ne peux que remercier les nombreux bénévoles qui s’activent chaque semaine pour le bien du club. Ils ont un rôle très important à jouer dans le fonctionnement de cette grande machine que représente le FC Mantois.

A l’avenir, vas-tu encore jouer un rôle important au sein du FCM78 ?

N.D : Non. Le manque de temps va m’empêcher de conserver ma place au sein du comité directeur. Je ne souhaite pas rester sans pouvoir donner le meilleur de moi-même. Mais si on sollicite mon avis ou mes conseils, je répondrais présent avec plaisir. Je vais rester le premier supporter du FC Mantois !

Considérer que la section féminine est ta plus grande fierté, est-ce exact ?

N.D : Il y a des éducateurs bien mieux placés que moi pour en parler et récolter les fruits de cette énorme progression. Nos filles évoluent aujourd’hui à un excellent niveau et elles justifient tous les espoirs et les investissements placées en elles. Comme pour toutes les autres catégories, il y a la possibilité d’aller chercher encore plus haut. J’ai confiance dans cet énorme potentiel qui fait de ce club un vivier exceptionnel de talents.

Vers quoi faut-il se tourner alors ?

Les efforts sur le budget, destinés à respecter les règles imposées par la DNCG, ont été récompensés. Les passages devant cette institution se sont bien déroulés pour la plupart, à l’exception d’un souci la saison dernière qui nous avait valu un retrait de points. La première fois que je me suis présenté face à la DNCG, je nageais totalement sans vraiment savoir quoi faire. Puis j’ai appris, avec l’aide d’une comptable, à monter des dossiers solides pour éviter toute nouvelle sanction.

Un principal regret ?

N.D : Ne pas avoir pu développer un pôle commercial pour obtenir de nouveaux partenaires et travailler encore davantage l’image du FC Mantois. Le club mérite un ancrage local encore plus important, notamment auprès des sponsors et des médias. Il y a eu plusieurs fois des discussions mais jamais rien de concret à ce sujet. Cela valoriserait nos différentes actions et nos nombreuses sections. A l’image de Laurent Pommier qui s’est imposé comme le mécène des féminines, il pourrait y avoir d’autres investisseurs intéressés pour intégrer le projet. »

FC Mantois 78
Menu