Single Blog Title

This is a single blog caption

FC Mantois 78 | Révélateur de Talents

Oumar N’Diaye : « On attaque et on défend ensemble »

Crédit : maurifoot.net

Crédit : maurifoot.net

A trois jours du déplacement à Amiens, Oumar N’Diaye s’intéresse à l’état de forme du FC Mantois, aussi bien sur le plan défensif qu’offensif. Le défenseur revient aussi pour nous sur son expérience de joueur professionnel bien différente de celle qu’il vit actuellement dans le club de ses débuts. Seconde partie (2/2).

Comment explique tu cette solidité défensive que vous avez retrouvé, notamment à domicile ?

Au début de saison, on était costauds. Après c’est vrai qu’on a traversé une mauvaise période de novembre à janvier où on encaissait pas mal de buts. On savait que si on voulait viser quelque chose pour la fin de saison, il fallait vraiment qu’on progresse à  ce niveau là et qu’on retrouve notre solidité défensive. On a de bons défenseurs individuellement, il fallait seulement régler quelques erreurs tactiques et de concentration. Aujourd’hui, on a réglé ce problème mais il faut continuer comme ça. Défensivement, on fait les choses plus simplement sans prendre de risques. Et tactiquement, on est mieux en place et il y a beaucoup plus de communication entre les défenseurs. Cette solidité doit être une de nos forces pour la fin de saison. Derrière, on sait que si on encaisse pas de buts, on a les joueurs pour marquer devant.

C’est un peu l’affaire de toute l’équipe, non ?

Il n’y a pas que les défenseurs qui contribuent à la solidité défensive de l’équipe. C’est toute l’équipe qui doit être concernée par la récupération du ballon. Les attaquants sont les premiers défenseurs. Contre Ivry, que ce soit Khalid ou Tayeb, ils ont très bien pressé les défenseurs adverses et les ont empêché de bien relancer. Ca nous facilite vraiment la tâche. De l’extérieur ou des tribunes, on ne le remarque pas mais leur travail est très important. S’ils gênent leurs relances, pour nous, c’est beaucoup plus simple de récupérer la balle parce que le porteur de balle n’est pas dans son confort pour transmettre à son partenaire. C’est vraiment la consigne de Robert : on attaque ensemble et on défend ensemble. Et ça a bien marché contre Ivry, surtout dans la récupération du ballon.

« Un manque de réussite »

Comment expliques-tu le manque d’efficacité du FCM78 en ce moment ?

Défensivement, on a traversé une mauvaise passe de novembre à janvier alors qu’on a des bons défenseurs. Offensivement, c’est la même chose. Il y’a une période où on marquait plus de buts. En ce moment, il est vrai qu’on a moins de réussite. Mais toute l’équipe et moi le premier, on a vraiment confiance en nos joueurs offensifs. Je m’entraîne tous les jours avec eux, et je peux vous dire qu’ils ont les qualités pour marquer beaucoup de buts. Le  poste d’attaquant est un poste très particulier, qui dépend beaucoup de la confiance et de la réussite. Quand un attaquant ne marque pas de buts, au fil des matchs, ça devient de plus en plus difficile. Alors que nous, en tant que défenseurs, ce n’est pas la même pression et les mêmes attentes et c’est plus simple de sortir d’une mauvaise période. Nos attaquants sont très forts mentalement et je suis sûr qu’ils vont prouver dans les prochains matchs que les derniers matchs étaient tout simplement un manque de réussite.

Quelles sont les différences entre la Ligue 1, la Ligue 2 et la CFA ?

En tant que défenseurs, on est beaucoup moins harcelés en Ligue 1. C’est beaucoup plus tactique. La qualité technique des joueurs est supérieure, et c’est la raison pour laquelle beaucoup d’équipes ne pressent pas très haut. C’est aussi du à une gestion des efforts. Après, il y a quand même quelques équipes qui vont mettre en place un pressing très haut mais c’est plus rare qu’au niveau inférieur. Personnellement, sur le peu de matchs que j’ai joué, j’ai pris énormément de plaisir parce que j’ai touché beaucoup plus de ballons que d’habitude. Plus tu montes en divisions et plus la vitesse de circulation augmente. Franchement, il y’a rien à voir. Que ce soit au niveau du rythme, techniquement, physiquement, de la préparation des matchs, des moyens, des enjeux, c’est complètement différent !

« De très bons joueurs »

Comment juges-tu le niveau du club cette saison ?

Quand je suis arrivé à Mantes, la première chose que j’ai vu, c’est qu’il y a de très bons joueurs. Il y en a qui ont vraiment la qualité pour jouer au dessus. Il nous reste huit matchs et je trouve qu’on a vraiment les moyens de viser plus haut que notre classement actuel.

Est-ce que les jeunes du club te demandent des conseils pour accéder au plus haut niveau ?

Oui, ça m’arrive d’en parler. Je leur donne quelques anecdotes. Et puis, on a des connaissances qui jouent au niveau au dessus. Et on se dit que si on a pu jouer avec eux il y a quelques années, pourquoi on pourrait pas y accéder ? Faut arrêter de penser que c’est très compliqué de jouer au dessus. Mais le plus dur est d’y accéder. Une fois que tu es dedans, les clubs te facilitent vraiment la vie, que ce soit au niveau de la préparation, des entraînements ou des infrastructures. Il faut vraiment s’en donner les moyens. Quand tu joues en Ligue 1 ou Ligue 2, les ambitions et les enjeux sont énormes qu’il faut vraiment prendre les choses très au sérieux. Ça devient vraiment ton métier. Il faut s’entraîner tout le temps, avoir une bonne hygiène de vie, aller chez le kiné, s’étirer.

Elle est encore dans un coin de la tête, la montée ?

Personnellement, je suis du genre à prendre les matchs les uns après les autres. La montée, j’y croirais quand j’y serais. Pour le moment, il y a quatre équipes devant nous. Donc on va essayer de grappiller des places.

Propos recueillis par Pierre Demaizière (avec M.T)

Menu